Foire aux Questions

Foire aux Questions

Vous trouverez ci-dessous des éléments de réponses aux questions les plus fréquemment posées sur différents thèmes : la personnalité, l’enfant intérieur, les intensifs d’éveil ou la spiritualité en général.
Ces éléments de réponses ne sont ni exhaustifs ni même à prendre comme des vérités établies. Ils se veulent simplement être des indicateurs sur le chemin. Pratiquez, expérimentez et voyez si votre propre expérience concorde avec les réponses proposées.
Pour une meilleure lisibilité, ces questions/réponses sont regroupées selon ces différents thèmes
Choisissez votre centre d’intérêt et découvrez…

La Personnalité_Qu'est-ce que la personnalité ou l'ego ?

La personnalité, dans le sens employé ici, c’est l’ensemble de nos systèmes de croyances, de nos états émotionnels et de nos comportements centrés autour de l’identification à cette référence : ‘moi’ ou ‘je’. Le bébé est sans personnalité aucune, la personnalité naît lorsque l’enfant commence à se reconnaitre et elle se développe tout au long de l’enfance selon les caractéristiques propres au milieu dans lequel l’enfant est immergé.
La personnalité se construit essentiellement en fonction de la relation à l’autre et du regard des autres sur soi, tout autant que par l’expérience de situations vécues comme plaisantes ou déplaisantes. C’est un assemblage à la fois informe et multiforme qui impose son contrôle, sa domination sur la réalité de ce que nous sommes intrinsèquement. Les termes ‘ego’ ou ‘le moi’ sont en quelque sorte les identifiants de la personnalité.

La Personnalité_Puis-je changer ma personnalité en lisant des livres ?

Imaginez que vous ayez faim; est-ce que la lecture d’un livre viendra satisfaire votre faim ; assurément non. Pour satisfaire votre faim, vous aurez besoin d’une nourriture concrète, véritable.
Il en va de même avec vouloir changer la personnalité ou les comportements, il vous faudra pratiquer ce que le livre propose, sa lecture seule ne suffira pas. Qui plus est, les livres sont habituellement écrit pour un public général et ne s’applique pas nécessairement a votre cas et cela peut vous entrainer dans une direction indésirable.
De plus, vouloir changer sa personnalité ou ses comportements ne sonne pas franc car cela semble vouloir dire : « bon, je n’aime pas mes comportements, je veux m’en débarrasser et en avoir de meilleurs avec lesquels je me sentirais bien. »
Bien sûr vous pouvez faire cela et beaucoup le font, beaucoup prennent cette approche et commence à se comporter selon ce qu’ils ont lu ou entendu. Mais est-ce que cela les changent vraiment ou ont-ils simplement endossé un autre comportement qui semble meilleur à leurs yeux ?
Sur un chemin de maturité, il ne s’agit pas de changer un comportement pour un autre, il importe de penser en termes de transformation, en termes de retour à un équilibre, de retour à une harmonie de quelque chose qui est ressenti, perçu comme discordant, désorganisé.
Lire des livres ou écouter des conférences est une bonne motivation pour initier un changement, il importe cependant de se mettre en marche et de parcourir ce chemin de transformation soi-même.

La Personnalité_Une compréhension intellectuelle est-elle suffisante pour se transformer ?

Une compréhension intellectuelle n’engendre pas de changements véritables parce qu’elle ne transforme pas. Lorsque vous comprenez quelque chose intellectuellement, rien ne change vraiment et c’est ce qui amène certaines personnes à ce constat : « J’ai lu tant de livres et participé à nombre de stages, pourtant rien n’a vraiment changé pour moi. Où est l’erreur ? »
L’erreur vient du fait qu’il n’y a eu qu’une compréhension intellectuelle de ce qui a été lu, entendu ou enseigné, le cœur n’a pas été impliqué.
La compréhension intellectuelle est certes une étape nécessaire et peut devenir, mais ce n’est pas toujours le cas, une porte vers une compréhension plus profonde, celle du cœur qui est la seule qui compte vraiment en termes de transformation. Pour cela il doit y avoir un engagement de la personne toute entière. Il s’agit de se mettre en accord avec la réalité de ce qui est et cela, seul le cœur sait le faire.

La Personnalité_ Comment permettre à une transformation véritable de s'établir ?

Une transformation véritable se met en place lorsque nous ouvrons nos cœurs et sommes disposés à faire face à ce qui est plutôt qu’à ce que nous voudrions qu’il soit. Lorsque nous lâchons nos attentes, nos espoirs et nos désirs d’être différent de ce que nous sommes. Il doit y avoir un empressement à faire face, à admettre et à embrasser ce qui est habituellement considéré comme notre négativité ou nos côtés sombres. C’est dans l’acceptation qu’une transformation véritable peut s’établir.

La Personnalité_Notre personnalité peut-elle vraiment changer ?

Elle le peut assurément si nous acceptons que ce ne soit pas une question de troquer un habit pour un autre mais bien de se laisser modeler par un processus de transformation. Sur le ‘marché du spirituel’ bon nombre de stages offrent la possibilité de changer nos comportements en optant pour un mode de penser ou de comportement défini comme étant plus positif. Cela revient simplement à changer d’habit et n’a en réalité aucun effet quel qu’il soit sur la cause profonde des modes de comportements. De plus, cela demande beaucoup d’effort tant le naturel est prompt à revenir en surface.
Seul un processus de transformation peut changer durablement et sans effort la personnalité et ses comportements. Pourtant, bien des fois la transformation ne s’établie pas vraiment parce que nous nous accrochons à un ‘moi’ auquel nous nous identifions comme étant notre véritable réalité.
Nous nous sentons en sécurité avec ce ‘moi’, il est devenu notre identité. Toutefois, pour qu’une transformation puisse s’établir il importe de questionner nos croyances et idées préconçues.
IL s’agit d’ouvrir une porte vers l’inconnu, vers le non-connu et cela peut générer de la peur, la peur d’être submergé, englouti. L’insécurité, le doute, ne pas savoir tout autant que la vulnérabilité seront activés, provoqués. Tout l’opposé d’un mental intellectuel et contrôleur, qui garde les rênes et se nourri de savoir et de sécurité.
Donc oui, il est possible de transformer nos comportements et notre personnalité de façon à vivre de façon plus en harmonie avec soi-même ainsi qu’avec notre environnement.
Une chose importante à se rappeler c’est que changer ou transformer nos personnalités n’est pas une finalité mais seulement un des aspects du travail de développement personnel car nous sommes bien plus que notre personnalité. La personnalité est en fait une réalité fictive, assurément utile et efficace pour œuvrer dans le monde mais néanmoins fictive. 
Le travail sur soi va au-delà de la personnalité, au-delà de ce ‘moi’ auquel nous nous identifions. Mais pour aller au-delà de quelque chose il importe d’être clair sur ce qu’est ce quelque chose ; autrement c’est aller à l’aveuglette. Travailler sur soi, sur la personnalité est une étape utile et nécessaire sur tout chemin de transformation et comme l’a souligné un sage indien, travailler sur la personnalité c’est construire un pont vers ‘Être’.

La Personnalité_J'ajourne toujours mes actions. Comment changer cela ?

Lorsqu’une telle question : ‘comment changer cela ?’ est posée, cela tend à impliquer que le questionneur à une difficulté à regarder cette problématique en face et qu’il essaye d’éviter de reconnaitre ce qui se passe véritablement pour lui, et cela devient un frein à toute résolution car la racine du problème reste enfouie dans l’inconscient, tout en demeurant active en surface, créant ainsi des difficultés pour la personne.
Aussi, la première chose est de comprendre qu’il ne faut jamais vouloir tenter de changer ou de résoudre une attitude comportementale qui pose problème mais de toujours l’aborder en termes de transformation et pour qu’une transformation puisse s’opérer quelques principes de base sont nécessaires.
La première chose est de devenir plus au fait, plus conscient de ce qui se passe. Généraliser et dire : « J’ajourne toujours mes actes » est trop général. Il est important de prendre en compte une situation spécifique qui se manifeste dans le quotidien et de la décortiquer pas à pas. Faire cela apporte une lucidité sur ce qui se passe véritablement et permet à une compréhension de se faire jour. La compréhension que si j’agis de cette manière, dans cet exemple : ‘ajourner mes actions’, c’est parce que j’ai peur de faire face à quelque chose. Ce qui soulève la question suivante : « À quoi ai-je peur de faire face ? »
Il est fort possible qu’au début la raison de la peur ne soit pas connue ou reste floue, ce n’est pas un problème, ce qui est important c’est de reconnaitre que ce qui sous-tend cette attitude d’ajournement est une peur. Avec ce constat, l’on peut aller plus avant en prenant cette peur en compte, en acceptant que : « oui j’ai peur de quelque chose » ou tout simplement : « oui j’ai peur. »
Admettre que l’on a peur est une étape cruciale car c’est la réalité intérieure et sans ce oui, aucune transformation ne peut voir le jour. Ce ‘oui’ est l’amorce d’une transformation.
Pour compléter le processus de transformation l’expression est nécessaire. Exprimer ce qui demande à l’être en relation avec la situation. Exprimer aidera à décharger l’énergie bloquée et cette expression peut se faire de différentes façons et pas uniquement sous la forme de décharge émotionnelle comme la plupart des gens le pensent. L’écriture, le dessin, la danse ou le partage peuvent être utilisés, de même que nombre de techniques corporelles.
Pour résumer, plutôt que d’essayer de changer une problématique, utilisez cette trilogie de transformation :
• Reconnaître (ce qui est)
• Accepter (qu’il en soit ainsi)
• Exprimer (ce qui demande à l’être)

Et voyez ce que cela change en vous.

La personnalité_Comment lâcher mes peurs ?

La question complète : « Je veux tant lâcher mes peurs mais elles ne me lâchent pas, comment lâcher mes peurs ? »

Vous ne pouvez pas volontairement lâcher vos peurs. Certes, vous pouvez les neutraliser en prétendant avoir du courage ou en vous ressaisissant ou en prenant sur vous comme le suggère une expression populaire mais en réalité la peur sera toujours là, simplement enfouie un peu plus dans l’inconscient.
Faire face à la peur est la seule porte de sortie et faire face à la peur n’est pas une mince affaire car la peur couvre une vaste possibilité d’origines différentes et est elle-même redoutée. Pourtant ce qui est important c’est de reconnaitre : « j’ai peur ou j’ai peur de… » Avec cette reconnaissance, cette acceptation, la peur n’est pas rejetée, elle est reconnue et en partie acceptée.
Ressentir ou porter son attention sur la façon dont cette peur se manifeste dans le corps permettra d’amener plus de confiance et avec cette confiance il sera possible de laissé les pensées et les sentiments associés à cette peur faire surface. Ces pensées et sentiments seront bien sûr différents pour chacun et varieront en fonction de la cause originelle de cette peur, cela importe toutefois peu, ce qui importe c’est de regagner la capacité d’être avec la peur, de consciemment vivre la peur et d’exprimer les sensations, les sentiments ou les émotions qui demandent à être exprimés.
Ce n’est donc pas une question de lâcher la peur mais bien plus d’un processus d’être avec la peur et avec tout ce qui lui est associé de façon à ce que la peur se dissolve d’elle-même. 

La personnalité_Qu'est-ce que la jalousie et comment la traiter ?

La jalousie est un feu envahissant qui ne demande qu’à détruire tout ce qui se met en travers de son chemin. La jalousie à pour source la comparaison. La jalousie se fait jour lorsque nous nous considérons inférieur à quelqu’un, lorsque nous avons des jugements négatifs sur nous-même.
C’est la croyance que nous ne sommes pas assez bon, pas assez comme il faut, pas assez méritant, pas assez sympathique qui donne naissance à la jalousie. Se défaire de cette croyance est le seul moyen d’éradiquer la jalousie. Reconnaitre et prendre en compte nos qualités, nos capacités et notre potentiel mettra un terme à la jalousie.

La personnalité_D'où vient le désir ?

Un désir est en réalité un besoin non satisfait et l’origine des désirs se trouve principalement dans la non satisfaction de nos besoins essentiels comme celui d’être reconnu, accepté, soutenu ou dans un sens plus large, le besoin d’être aimé.
Nos besoins essentiels qui sont cruciaux et vitaux pour notre croissance sont rarement satisfaits pendant notre enfance. Nous ne sommes pas aimés comme nous devrions l’être ce qui génère en nous des manques que nous essayons de combler notre vie durant.
Les désirs sont simplement l’autre face des besoins, désirs et besoins vont main dans la main et c’est aussi pourquoi il est vain de vouloir satisfaire nos désirs ou d’essayer de les éliminer, afin d’être sans-désir, dans le détachement.
Une meilleure option est de prendre en compte le besoin, reconnaitre le besoin qui nous taraude et en prendre soin, non pas en essayant de le satisfaire ce qui ferait immédiatement de lui un désir mais en apportant bienveillance et compréhension à ce besoin. Prendre en compte et exprimer la douleur que ce besoin non satisfait génère est une option plus sage.
C’est ici que le travail sur la personnalité devient opportun, il aide à reconnaitre et à prendre en compte les besoins non satisfaits et devient un soutien pour l’épanouissement et la satisfaction.
Une personne affamée n’est pas intéressée par le travail sur soi, la méditation ou sa vraie nature ; sa priorité est de satisfaire sa faim et lorsque sa faim sera rassasiée, elle pourra envisager de se tourner vers la méditation et questionner le sens de sa vie. De la même façon, la plupart des personnes qui sont sur un chemin d’éveil ne sont pas vraiment en quête de leur vraie nature, mais bien plus en recherche de la satisfaction du besoin d’être aimé. C’est pourquoi tout chemin spirituel, qu’il soit occidental ou oriental, prend prioritairement ce besoin en compte.

La personnalité_Dans notre culture, la sexualité est quelque chose de caché, tabou…

La question complète : « Dans notre culture, la sexualité est quelque chose de caché, tabou et personne n’ose vraiment en parler. En fait nos cœurs seraient plus ouverts et plus libres si nous pouvions nous défaire de toutes ces idées restrictives sur la sexualité. Comment y parvenir ? »
C’est vrai, vos cœurs seraient plus libres et plus ouverts sans tous ces idées restrictives. Il appartient à chacun de se libérer des tabous qui restreignent sa joie de vivre, sa joie d’être et plus particulièrement ceux liés à la sexualité et de vivre une vie libre de toute chaine, de tout enfermement psychologique.
Pour se dégager de ces idées et concepts restrictifs il importe de tourner d’abord son attention vers soi-même et de reconnaitre comment ces concepts nous enchaînent et limitent nos vies. Bien que ces idées préconçues soient communes à la plupart des gens, la façon dont elles entravent la personne reste spécifique pour cette personne et en lien avec son éducation et histoire personnelle. Ce qui implique qu’il n’y a pas de formules toutes faites applicable à tous.
L’une des raisons qui fait que ce sujet reste bien souvent tabou est que l’on en parle pour ainsi dire jamais ouvertement. La timidité et la honte ont d’abord besoin d’être pris en compte afin d’être dépassé, c’est pourquoi en parler à quelqu’un en qui l’on a pleinement confiance est un bon début et s’avère très bénéfique. Ce qui importe est d’être entendu et reçu sans jugements dans sa difficulté.
Pour aller plus loin, reconnaître, exposer et exprimer tout ce qui peut être en lien avec la problématique est d’une importance majeure pour qu’une transformation s’opère et cela peut être fait dans un groupe de travail ou lors de séances individuelles. Une approche comme le Tantra est plus spécifiquement orientée vers le déracinement de ces idées restrictives liées à la sexualité. Ce déconditionnement peut également se faire au sein d’une structure qui invite à une libre expression et permet d’être accueilli sans jugement.
Exprimer sincèrement et être reçu sans jugement sont les deux composantes nécessaires pour se défaire de ces idées restrictives sur la sexualité et pour soutenir cette libération, étant donné que nous sommes un tout, une unité psychocorporelle, ce travail d’expression par la parole peut favorablement être accompagné d’un travail corporel de déblocage des tensions liées à ces idées restrictives. De même, des activités comme la danse, la peinture, le modelage ou l’écriture peuvent être eux aussi utilisées comme moyens d’accompagnement afin d'aider à cette ouverture du cœur.

La personnalité_ Puis-je nettoyer ma personnalité en pratiquant des méditations ?

Cette question semble impliquer que vous considérez votre personnalité comme quelque chose de sale qui a besoin d’être nettoyé. Il n’existe pas de personne sale, peu digne d’intérêt ou indigne d’être aimé, mais uniquement des jugements portés ou imposés par les autres sur une personne.
Enfant, nous portons tous en nous ce désir d’être aimé, reconnu, accepté ce qui fait que nous intégrons ces jugements portés sur nous au point de les faire nôtre. Ce qui nous renvoie une image distordue de nous-même avec pour conséquence la plupart du temps, si ce n’est tout le temps, de ne pas vivre notre vie en accord avec notre potentiel mais en accord avec ce que les autres nous ont conduit à croire que nous sommes ou devrions être.
Nous avons oublié cet espace de pureté, d’intégrité, de silence et de beauté que nous sommes et toutes les techniques de méditation ont pour finalité de nous faire intégrer ou mieux, réintégrer cet espace.
Ces techniques de méditations n’ont pas pour but de s’occuper de la personnalité et de ses comportements, même si d’une certaine manière elles participent à un déconditionnement en nous rendant plus conscient de nos comportements
Comprendre et gagner en clarté sur nos modes de fonctionnement, sur nos besoins et désirs, sur nos croyances est une étape nécessaire vers un lâcher prise de nos conditionnements malsains et en ce sens c'est nettoyer la personnalité. Cela peut aller de pair avec la pratique d’une technique de méditation. Les deux sont nécessaires pour qui souhaite accéder à sa vraie nature.

La personnalité_Y-a-t-il une différence entre personnalité et vraie nature ?

Il n’y en a pas et il y en a une ! Tout dépend de quel point de vue l’on se place.
Du point de vue de la Vraie Nature il n’y a aucune différence puisque toute dualité est inexistante, tout est un, non deux.
La différence n’existe que du point de vue de la personnalité. La personnalité vit dans un monde dualiste ; il y a moi et quelque chose d’autre.

  • Moi et toi
  • Moi et mon corps
  • Moi et mon mental, mes pensées
  • Moi et mes sentiments, mes émotions, etc.

Du point de vue de la personnalité qui est centrée sur la pensée et l’objectivité, il y a une différence. Nous sommes incarnés, nous avons un système nerveux central avec ses hauts et ses bas, la vie existe sous différentes formes et il y a même cette autre chose que l’on nomme vraie nature. Donc du point de vue de la personnalité il existe une multitude d’autres que moi, principalement parce que notre monde tourne autour de cette identification avec la personnalité, avec ce ‘moi’, ce ‘je’.
L’identification implique une séparation et le seul but de la spiritualité ou de la méditation est de mettre un terme à cette identification.

Les intensifs_Pourquoi participer à un intensif d'éveil ?

Participer à un intensif d’éveil permet non seulement de se connaitre plus en profondeur mais surtout de reconnaître l’essence de ce qui nous anime.
La plupart de ceux qui participent à un intensif d'éveil le font parce qu'ils sont sur un chemin de développement personnel. Ils aspirent à se connaître, à connaître qui ils sont, ce qu'ils sont. Ils cherchent à se dés-identifier et à sortir de conditionnements dans lesquels ils se sentent enfermés pour s’ouvrir à la vie, au vivant. Pour d’autres, il s'agit d’une simple curiosité ou d'un désir de se lancer dans quelque chose d'intense.
Les motivations pour participer à un intensif d'éveil sont sans doute aussi nombreuses qu’il y a d’individus, pourtant ce sera toujours une fructueuse rencontre avec soi-même doublée d’une rencontre avec ce qui est au-delà de la personne et de la personnalité.

Les Intensifs_Les intensifs d'éveil font-ils parti d'une secte ou d'un mouvement religieux ?

Non. Les intensifs d'éveil n'appartiennent à aucune organisation spirituelle ou religieuse ni ne favorisent de chemin spirituel particulier. Ils ne sont pas non plus chapeautés par une autorité quelle qu’elle soit, pas même Charles Berner, l'initiateur de cette méthode d’auto-investigation.
La découverte de sa propre réalité est une affaire personnelle, aussi les intensifs d'éveil fonctionnent indépendamment de toute profession de foi, de tout système ou organisation philosophique, psychologique ou spirituelle. Les participants ne sont jamais requis d'adhérer à quelque système de croyance ou idéologie qui soit.

Les Intensifs_Pourquoi une structure de retraite en silence ?

Une telle structure aide à s'écarter des conditionnements habituels de la vie quotidienne afin de réduire au minimum les distractions auxquelles nous nous livrons couramment. Maintenir le silence et l'isolement (absence de contact physique et de possibilité de distraction) pendant une certaine durée favorise la convergence de notre énergie vers l'introspection pour l’orienter vers un unique but, celui d’être dans la présence consciente.

Les intensifs_Quelle est la méthode utilisée pour être dans cette présence consciente ?

C’est une forme d’auto-investigation avec partenaire qui est utilisée pour ouvrir la voie à cette présence consciente. Par le biais d’une communication structurée, où une formulation particulière alliée à une question spécifique comme : « qui suis-je ? » sont utilisées, le participant peut engager toute son énergie dans cette unique intention d’être dans cette présence consciente.
Cette formulation particulière aux intensifs d’éveil commence toujours par : « Dis-moi…. » de façon à permettre à un processus d’auto-investigation et de communication de s’enclencher. Cela aide le participant à rester ancrer sur sa question et à communiquer à son partenaire ce dont il a pris conscience à la suite de son intention de s’éprouver directement dans l’instant.

Les intensifs_Pourquoi cette méthode est-elle si puissante ?

C’est le format même de l’intensif ajouté à l’usage répétitif d’une instruction spécifique au sein d’une technique de communication structurée qui permet de dégager la voie à l’expérience de s’éprouver directement dans l’instant.
L'élément principal qui accélère le processus d’éveil est le fait d'être en relation avec un partenaire et de communiquer à celui-ci ce dont on a pris conscience à la suite de notre contemplation liée à la question posée. Présenter intégralement à son partenaire tout ce dont l’on a pris conscience suite à notre intention de nous éprouver directement dans l'instant clarifie les confusions mentales. La conscience que l’on a de soi-même croît lorsque l'on se présente à l'autre en toute intégrité, lorsque l'on s'ouvre, lorsque l'on s'ouvre au non connu, au nouveau. Plus l'on est à même de s'ouvrir à soi-même plus une communication vraie peut s'établir.
L'interaction vivante entre deux êtres humains aide à se maintenir à cette tâche, parfois ardue, d’être dans l’instant présent et de s'éprouver directement dans l'instant.

Les intensifs_Suis-je garanti de faire cette expérience d'éveil ?

Non. Statistiquement, sur un intensif de trois jours environ 35 à 40% des participants font cette expérience. Ce pourcentage est parfois plus élevé, parfois beaucoup moins. Aucune prévision n'est possible et il n'y a aucun moyen de forcer cette expérience d’éveil à se produire.
Une seule chose est certaine, ne pas mettre en application la technique proposée est le plus sûr moyen de garantir que vous ne ferez pas cette expérience d’éveil ! C’est plus votre détermination, la solidité de votre intention, de votre engagement qui est le plus sûr gage de réussite.

Les intensifs_Que se passe t-il si je m'éprouve directement ?

Si vous vous éprouvez directement pendant l’intensif l'animateur vous encouragera alors à communiquer à vos partenaires cet état de présence consciente. Non pas tellement l’histoire de ce qui vous est arrivé mais bien plus de communiquer à partir de cet état de présence consciente. Ce faisant, vous vous enracinerez de plus en plus en lui ce qui sera également bénéfique pour vos partenaires et aidera à son intégration dans votre quotidien.
Exprimer la vérité de ce que l'on est fait partie intégrante du processus d'assimilation d'une expérience d'éveil. Il n'y a toutefois aucune cérémonie de remise de prix ! 

Les intensifs_Que se passe-t-il après que vous ayez eu une expérience d'éveil ?

Hé bien… cela dépend de vous et uniquement de vous ! Cela dépend grandement de combien vous êtes à même de vous ouvrir à l'expérience, de vous ouvrir à laisser le ‘moi’ disparaître.
Dans la plupart des cas vous reviendrez à un état d'être dit ‘normal’, celui qui est ordinairement le vôtre, l'identification aura repris ses ‘droits’. Pourtant votre vie ne sera plus la même, vous ne verrez plus les choses depuis le même point de vue, celui que vous aviez avant l'expérience d’éveil.
Il y a un avant et un après l'expérience, il ne vous sera pas possible de retourner complètement à un état d'inconscience. Si vous estimez que cette connaissance directe est ce que vivre veut dire, alors vous trouverez les moyens pour garder, encourager ce contact et soutenir sa croissance.

Les intensifs_Y a-t-il un suivit pour les participants ?

Il est important que toutes les expériences faites au cours d’un intensif ne deviennent pas de bons souvenirs mais au contraire, qu’elles s’intègrent dans la vie quotidienne du participant.
C’est pourquoi à la fin d’un intensif d'éveil des dyades d'intégration sont proposées. Une instruction spécifique permet de mieux intégrer et ancrer les expériences vécues durant l’intensif dans le quotidien.
Comme les intensifs d'éveil n'appartiennent à aucune organisation, ne favorisent aucun chemin spirituel particulier et ne font pas partie d’un système à long terme de développement personnel ou spirituel, la responsabilité de l'animateur est d'être disponible après l'intensif pour orienter, ‘conseiller’, répondre aux questions ou simplement partager avec les participants qui le désirent. Cela peut se faire physiquement, par écrit ou par tout autre moyen qui s'adapte le mieux à la situation.

Les Intensifs_Ce que des participants en disent ?

Steven, Ontario - Canada
« Une expérience qui m'a littéralement fait exploser le mental ! »

Landy, Shenzhen - China
« J’ai pu prendre contact avec quelque chose que j’ai ressenti comme plus réel, plus vrai. J’ai gagné en lucidité sur mes problèmes et les excuses que je me donne dans la vie pour ne pas être moi-même. Les explications données et les contacts avec les partenaires m’ont vraiment aidé être plus consciente, à revenir à moi-même, à découvrir mes propres sentiments et multiples identités. »

John, Reno - Usa
« Au début lorsque je me posais la question : ‘Qui est en toi ?’, beaucoup de choses montaient ; des aspects de moi-même que je connaissais et d'autres que je ne connaissais pas. J'étais d'autant plus étonné que je pensais bien me connaître. Je suis resté avec cette question et peu à peu, vers la fin du groupe j'ai ressenti qu’en fait je n'étais personne car à chaque fois j'étais quelqu'un d'autre. Je sens que j'ai trouvé la clef de "qui je suis". Je ne suis personne et pourtant composé de tellement de visages différents. » 

Lire d'autres ‘Retours d’Expérience’ sur les intensifs d’éveil 

La spiritualité_Qu'est-ce que l'auto investigation ?

L’on peut définir l’auto-investigation comme une approche centrée sur le doute, sur la négation. L’auto-investigation est une approche négative en ce sens qu’elle demande une remise en cause des croyances, des concepts et idées reçues que nous avons sur nous-même et sur le monde qui nous entoure pour accéder à la source même de ce que nous sommes, notre vraie nature.
C’est pratiquer ce qu’Hakuin, un maitre Zen Japonais (1686-1769) appelait : ‘le grand doute’. « Au tréfonds d’un grand doute se cache un puissant éveil. Si vous doutez pleinement, vous vous éveillerez pleinement. »
Dans la tradition Indienne il s’agit de ‘netti netti’, pas cela, pas cela.

Il est possible de pratiquer seul l’auto-investigation en questionnant inlassablement ses propres croyances ou sentiments en utilisant en question comme : ‘est-ce vrai ?’ Par exemple je pense que je suis faible/fort/intelligent/stupide/etc. => est-ce vrai ?
Questionner nos croyances et idées préconçues apporte certainement plus de clarté et d’authenticité dans nos vies. Il est aussi possible d’aller plus loin en utilisant la formulation que Ramana Maharshi (1879-1950) suggérait a la plupart de ses disciples lorsqu’ils venaient lui poser une question. ‘Qui pose cette question ?’ Questionnement qui peut être étendu à : ‘qui pense ?, qui respire ?, qui ressent ?, qui fait ce que vous faites ?
Dans son approche, Ramana Maharshi pointait vers l’investigation de la nature de ce ‘je’ auquel nous nous référons constamment lorsque l’on pose cette question : ‘Qui suis-je ?’.
Toutefois, pratiquer seul l’auto-investigation n’est pas chose facile et demande une forte dose de persévérance. Dans les monastères Rinzaï Zen au Japon où l’auto-investigation est pratique courante, les moines ont d’une part le soutien logistique de leur monastère auquel s’ajoute la bienveillante compassion de leur maître.
Il en va de même pour les intensifs d’éveil où tout est organisé dans l’unique intention de soutenir le participant dans son auto-investigation de sa nature véritable. L’utilisation d’une communication structurée est une aide efficace pour le participant. Ce format de communication permet à celui qui pratique de rester centré sur sa question tout en communiquant à son partenaire ce qui lui est venu à la suite de son intention de faire l’expérience de ce que sa vraie nature est.
Quel que soit le format d’auto-investigation utilisé, il s’agit toujours d’entrer dans l’expérience de la nature de ce qui est questionné.

La spiritualité_Qu'est-ce qu'être éveillé ?

Être éveillé c’est avoir a reconnu en soi-même sa nature originelle, s’être éprouvé en tant que conscience immanente. Nous avons tous ce potentiel de nous éveiller à notre nature originelle, même vous qui lisez ces lignes, puisque nous sommes tous issus de cette même nature originelle.
Soit disant à cause d'une pomme, c'est du moins ce que l'on dit, nous avons perdu le contact avec cet état d’éveil, avec notre nature originelle et, toujours selon des ‘on dit’, il nous faut peiner pour le retrouver. Depuis cette ‘perte’, des centaines de techniques ont été élaborées pour revenir à ce ‘paradis’, pour entrer dans cette expérience directe de notre vraie nature, pourtant aucune n'est aussi directe et rapide que celle proposée dans les intensifs d'éveil.

La Spiritualité_Quel est l'obstacle principal à l'éveil ?

Il n’y en a véritablement qu’un, l’identification. L’identification avec ce que nous avons coutume d’appeler : ‘moi’ ou ‘je’.
Cette identification est comme un diamant, elle a des nombreuses facettes et chacune de ces facettes est comme une lumière vive qui attire les papillons de nuit et nous sommes comme hypnotisé par cette identification.
C’est pourquoi cela prend souvent beaucoup de temps de réaliser que nous sommes pris dans une illusion. Dans de nombreuses traditions cette identification est reconnue comme ‘la poursuite des désirs’, le désir de posséder, d’avoir quelque chose, d’atteindre un but, d’être quelqu’un de spécial. Cela peut prendre une myriade de formes, y compris celle de parvenir à l’éveil, d’être un éveillé.
Ce n’est en réalité que le jeu du mental.

La Spiritualité_Qu'en est-il des vies antérieures ; la réincarnation existe-t-elle ?

Ha... la question des vies antérieures!
L’idée de vies antérieures ou de réincarnation est seulement un concept et les vies antérieures ou la réincarnation n’existent pas en dehors de ce concept. Comme beaucoup de concepts inventés par l’homme il a une certaine utilité et peut aider à calmer le mental pour un temps au sujet d’un aspect de nous-même que nous ne sommes pas encore à même d’approcher, de faire face.  Il peut aider ceux qui sont en chemin vers leur nature véritable à mieux prendre conscience d’une problématique encore peu consciente et/ou de besoins non encore satisfaits.
Comme tout concept, il maintient la personne dans une dualité, moi et ma ou mes vies  antérieures. Du point de vue de notre vraie nature, puisqu’il n’y a aucun ‘moi’, il ne peut y avoir de vie antérieure ; à qui appartiendrait cette vie antérieure ?
Tout comme l’arc-en-ciel qui apparait après l’orage n’est qu’un jeu de lumière entre soleil et pluie et n’a aucune existence propre, cette forme à laquelle nous nous identifions et qui apparait et disparait lorsque le moment est venu est tout aussi illusoire, seul un continuum de conscience ou de ‘être témoin’ perdure. Notre incarnation en tant qu’êtres humains n’est rien d’autre qu’une dance de réactions chimiques qui ne dure même pas l’espace d’une nano seconde à l’échelle de l’univers et l’on se raccroche a cette vie et aux vies antérieures ou futures par peur d’être en contact avec le vide qu’est l’immensité de cette conscience ou ‘être témoin’. Prendre en compte cette croyance qu’est la réincarnation et ses vies antérieures ou futures permet d’éviter la réalité de notre précarité, de notre impermanence. Cela nous rassure en nous donnant le sentiment de perdurer à travers les siècles.
Faire face à la vie, à sa précarité et aux défis qu’elle nous apporte pour mûrir est une façon plus saine d’être en contact direct avec le vivant.

La spiritualité_Qu'est-ce que la conscience lucide, le: 'être témoin' ?

La conscience lucide, [Self-awareness ou witnessing en anglais], est cette faculté que nous avons tous de tourner notre attention vers elle-même et ainsi d’entrer dans l’aperception ou connaissance réflexive. C’est être conscient de ce qui se passe en nous et autour de nous sans jugement de valeur, sans notion de séparation ; c’est entrer dans le « être témoin » dont parle l’Advaïta ou le Zen.
Cette présence consciente ou conscience lucide n’est pas quelque chose que nous devons acquérir, nous sommes déjà cela, c’est notre essence même ; il nous suffit de nous y accorder. Être dans ce « être témoin », c’est être dans l’expérience immanente, directe.
La conscience lucide est sans rapport avec la conscience de soi, qui elle est une forme subtile de contrôle.

« L'expérience ultime n'est pas une expérience, dans le sens où ‘celui’ qui s'éprouve a totalement disparu. Et lorsque ‘celui’ qui s'éprouve a disparu, que pouvez-vous dire ? Qui peut parler de l'expérience ? Qui peut décrire cette expérience ? Lorsqu'il n'y a plus de sujet l'objet disparaît lui aussi, les berges du fleuve disparaissent et seul reste l'écoulement. »

Osho, extrait de : The Heart Sutra, chapitre 1

La spiritualité_Qu'est-ce qu'une expérience directe ou connaissance immanente ?

Une expérience directe ou connaissance immanente fait référence à une expérience consciente et directe de la vérité, de ce que nous somme, de notre vraie nature.
Lorsque cette vérité fondamentale (notre vraie nature) est éprouvée directement, elle est appelée ‘éveil’, un état de présence consciente, d’être témoin, hors du fonctionnement mental. C'est toujours une expérience dans l'instant présent où toute séparation a disparue, où aucun ‘je’ ne peut être trouvé.
En fait, ce n’est pas à proprement parler une ‘expérience’ puisque tout expérimentateur a disparu et qu’il ne reste que l’expérimentation, l’aperception. 
Conscience lucide, présence consciente ou état de connaissance immanente sont peut-être des formulations qui traduiraient le mieux ce qu’est cette ‘expérience’ d’éveil.

La spiritualité_Y a-t-il des degrés de connaissance immanente ?

La connaissance directe est connaissance directe, elle est et ne comporte aucun degré. Cela dit, l'on peut y baigner pendant quelques minutes, quelques heures, quelques jours ou pour toute une vie et c’est cela qui fait la différence, sa brièveté ou sa permanence.
C’est la reprise de l’'identification à ce moi que nous croyons être qui efface peu à peu notre capacité à être dans cet état de connaissance immanente qu’est notre vraie nature.
Même après n’être que temporairement vécu, cet état est toujours là, sous-jacent au mental qui a repris une place dominante. L’expérience a néanmoins laissé son empreinte et cette capacité à se relier peut être cultivée et donc s’accroître.

La spiritualité_Quelles sont les principales caractéristiques d'une expérience d'éveil ?

  • Elle est souvent décrite comme instantané, soudaine et hors du temps.
  • Elle est vécue comme un état d'union avec tout ce qui est alentours et est souvent accompagnée d’un sentiment d'amour universel.
  • Elle est fréquemment ressentie comme très ordinaire et si évidente que lorsque vous vous éprouvez directement, vous prenez conscience que vous saviez, de tout temps, sans pourtant savoir que vous saviez.
  • Selon les individus, cette expérience peut être vécue dans un formidable éclat de rire, dans un silence profond ou bien s’éprouver dans des larmes d’une gratitude infinie.

Chaque expérience d'éveil est unique et s’exprime de façon unique par celui qui la vit.

La Spiritualité_Quelle est la loi de l'univers ?

La question complète est: j’ai participé à des stages sur la nécessité de nettoyer notre planète et nous inviterons des anges pour nous y aider. Mais s’il n’existe pas d’anges cela veut-il dire que cela n’a pas de sens de nettoyer notre planète ? Quelle est la loi de l’univers ?

Nettoyer notre planète est certainement une idée louable et si l’on considère le degré actuel de pollution c’est certainement une bonne chose à entreprendre. Mais pourquoi voudriez-vous inviter des anges pour vous y aider? Faites le vous-même, pour vous même pour le simple fait de ne pas polluer cette planète qui permet la vie.
De plus, il est toujours bon de commencer par soi-même. Nos cœurs et nos têtes sont bien souvent pollués, emplis de pensées négatives, de sentiments négatifs ; colère, ressentiment, haine, jalousie pour ne citer que cela. C’est aller dans le sens d’une planète plus propre que de prendre soin de ces aspects négatifs en nous.
La loi de l’univers est que rien n’est permanent, tout ce qui vient à la vie disparaitra un jour et cette planète disparaitra elle aussi un jour ; ce qui ne veut pas dire que nous ne devrions rien faire pour la maintenir propre et en de bonnes conditions. Il s’agit plus de prendre conscience de cette dimension du sacré en nous  et notre relation avec cette planète qui nous héberge prendra alors un sens et une direction tout autre.